Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Dec

L’échec annoncé de la moralisation

Publié par Critique de la valeur  - Catégories :  #La pseudo-critique

 

Les valeurs contre la valeur?

 

 

aquellospolvos goya L'illusion selon laquelle il y aurait du libre-arbitre dans le processus de modélisation du monde sur le mode de l'économie marchande persiste dans tous les courants de droite comme de gauche et comme chez tous ceux qui dénoncent les dérives de ce monde mais n'ont jamais saisi son caractère objectif. Comme si il y avait de la Politique au sein du capitalisme ! On en appelle ainsi éternellement à une "meilleure répartition des richesses", à une "transparence" de la part du pouvoir et surtout à la fameuse "moralisation du capitalisme financier" tout en gardant à l'esprit que "l'économie de marché est aussi naturelle que l'air qu'on respire".

 

Mais la revendiquation moraliste ne s'arrête pas au monde de la finance essentiellement décrié dans la sphère politicienne. Et pas besoin d'être curé pour "s'indigner" d'une forme bien réelle de déliquescence morale qui touche toutes les dimensions de l'existence. 

Lorsqu'un entrepreneur vend de faux produits bios, des prothèses mamaires non homologuées ou des médicaments contaminés, lorsqu'un autre produit un film porno ou qu'un autre assèche un lac en Chine, on peut être certain qu'ils avaient pour eux l'assurance et la bonne conscience moderne résumées par l'adage selon lequel "ce qui se vend est bon, ce qui est bon se vend". Et, quand ça n'est pas tout simplement justifié par un pseudo-réalisme et le "bon sens" des experts, ça n'est souvent qu'à posteriori que ce type d'affaire relève du scandale, une fois que le tour est joué.

 

Les exemples récents du "printemps arabe"1  montrent bien la distance qui existe entre les ambitions et les possibilités d'action dans le domaine morale.

Les régimes autoritaires d'avant le 14 janvier 2011, se prévalant pourtant d'être les héritiers des mouvements de libération anti-coloniaux, poursuivirent le processus de "modernisation de rattrapage" installé par les colons eux-mêmes. Ils récupérèrent positivement les concepts progressistes de l'idéologie des lumières accompagnant la mise en place du système moderne de production et de distribution de marchandises tel qu'il se pratiquait déjà en Europe et aux Etats-Unis. Après avoir abandonné le pouvoir militaire, les anciens colons maintenirent la relation d'interdépendance à coup de contrat sur les matières premières ou d'envoie de touristes toujours plus nombreux. En échange, les anciens pays colonisés respectèrent les deux conditions indispensables à une bonne circulation de la valeur : répression de l'intégrisme et contrôle de l'immigration, et ce par tous les moyens. Le double développement capitaliste, matériel et idéel, s'implanta comme ce fût le cas en Europe, mais sur un terrain beaucoup moins défriché notamment sur le plan idéologique. Ce qui eu pour conséquence la valorisation du domaine religieux comme une forme de resistance à la domination étrangère. Il ne resta plus à cette tendance qu'à trouver une organisation et des leaders politisés pour devenir ce qui existe maintenant sous les noms de "Ennahda" en tunisie ou des "Frêres musulmans" en Egypte. Ces organisations, clandestines avant le "printemps arabe", en devenant des autorités sur le plan politique se présentent comme des gardes-fou face à la décadence inhérente à la modernité venue de l'extérieur. C'est donc au nom de l'Islam et d'une identité musulmane que se battent ces militants inspirés par un souffle divin dans la lutte contre la perversion des valeurs. C'est sans compter sur les "réalités du marché" que ces nouveaux chiens de garde de la morale s'imaginent atteindre leur but. Lorsque les besoins de l'économie tunisienne ou égyptienne se feront sentir quel dirigeant oserait mettre un frein au "développement" du pays au risque de perdre toute crédibilité ?

 

De même que l'écologie doit être critiquée comme une critique partielle2 ne prenant pas en compte la dynamique réelle capitaliste, l'idéologie moraliste n'a aucun avenir, si ce n'est celui de l'obscurantisme, sans s'appuyer sur les vrais raisons de l'effondrement.

Le monde de la marchandise ne répond qu'à ses propres besoins et n'a de limite que parce que la réalité concrète en a. Tant que le processus de valorisation peut se faire, il se fera ; faisant en sorte de passer toutes les frontières qu'elles soient naturelles, idéologiques ou morales. Devant le rouleau compresseur idéologique et matériel, aucun bon sentiment ne pourra rien sans la critique plus profonde des catégories fondamentales capitalistes que sont le travail, la marchandise, l'argent ou l'Etat.

 

J.Verraes

 

 


1- Si "printemps arabe" il y a eu, nous pouvons dire avec assurance que son rude et long hiver fût le fait d'une complicité à peine voilée de la part des pays "démocratiques" européens et américains. 

2- "Ne changez pas le climat, changez le système" comme le dit Hugo Chavez qui, malgrè cela, n'est qu'un pitre nationaliste chantre d'un nouveau modèle de capitalisme d'Etat.


 


Commenter cet article

Sebastien 13/02/2012 01:07


J'ai compris mon erreur. Merci pour votre réponse et pour votre blog.

Critique de la valeur 13/02/2012 15:21



Je vous en prie.



Sebastien 10/02/2012 12:27


Bonjour,


Je comprends bien l'erreur de Chavez de vouloir s'opposer au capitalisme sans remettre en cause les fondements de celui-ci. Par contre, dans l'hypothèse où Chavez voudrait enfin s'attaquer aux
racines du problème, le nationalisme ne serait-il pas le meilleur cadre pour réaliser cela ? Sans frontières, il me semble difficile d'empêcher que des produits réalisés à l'étranger avec une
meilleure productivité (en Chine par exemple) ne viennent engendrer une dynamique de concurrence sur le marché local.

Critique de la valeur 11/02/2012 19:16



Bonjour,

S'attaquer aux racines du problème voudrait dire critiquer la nation tout aussi bien que les autres catègories capitalistes. Ce qui exclu d'emblée d'insérer cette critique dans une quelconque
forme de nationalisme. De même, la "productivité" comme vous le dites n'est autre que le niveau de production et d'échange de marchandises qui est le noyau de ce que l'on veut dépasser à la
"critique de la valeur". Il faut urgemment parvenir à penser la production et l'échange avec d'autres catégories que celles qui dépendent de l'économie bourgeoise-capitaliste. C'est dans ce sens
que vont nos recherches.
Rester bloquer dans ces formes de pensée conduit inévitablement à une forme de repli "identitaire" où la racine du mal est souvent interprété selon des motifs psychologiques.


J.V



Archives

À propos

Critique radicale du capitalisme critiquedelavaleur@hotmail.fr