Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Feb

Les habits neufs de l'anti-impérialisme ou les nostalgiques du bon capitalisme

Publié par Critique de la valeur  - Catégories :  #La pseudo-critique

 

 

 

Dans une vidéo de janvier 2013, évoquant la menace de fermeture du Virgin Megastore des Champs-Elysées, Alain Soral - militant franco-suisse, national-socialiste, fondateur du mouvement “égalité et réconciliation” - prétend connaître les solutions à la crise économique. Sur le ton profesSoral qui le caractérise, Il dit :

La France est entrée gravement en récession et toutes les solutions politiques au service des racketteurs bancaires ne peuvent qu'aggraver la récession. Les solutions économico-sociales pour sortir de la crise, on les a. Hein. C'est arrêter d'être écrasé par le Capital  qui, je le rappelle, pour citer Karl Marx, est du “travail mort”, pour effectivement refonctionner (?)sur du Capital vertueux (!)-le Capital étant toujours une spéculation sur la valeur ajoutée du travail, hein. Voilà. Et là on parlera le mois prochain de gens qui à une certaine époque avaient trouvé les solutions pour échapper à cette logique mortifère et Malthusienne du “travail mort” qu'est le Capital prédateur pour essayer effectivement de recréer de la richesse malgré, comment dirai-je, le manque de capital ou la violence du capital. Voilà. Donc on a en réalité sur le plan théorique et économique toutes les solutions.”

 

Outre l'extraordinaire assurance avec laquelle Alain Soral prétend avancer des solutions pour résoudre la crise, il est remarquable de voir comment il se sert du lexique marxien pour servir sa triste cause.

Les confusions autour des catégories de "travail mort", de "travail abstrait" et de "capital"sont monnaies courantes et alimentent un tas de théories pseudo-critiques. En l'occurrence dans l'exemple de Soral, le travail mort, assimilé au "Capital mortifère" renvoyant à la catégorie d'exploitation, s'oppose à un pseudo-"vrai" travail qui serait créateur de ce qu'il appelle un "capital vertueux".

Marx ne dit pas cela. Les catégories de capital et de travail sont communément enchâssées dans une logique abstraite propre qui ne permet absolument pas de les retourner positivement comme des catégories d'un mécanisme qu'il serait possible de contrôler selon une volonté morale.

 

L'opposition  travail mort/travail vivant se rapporte à l'opposition "capital constant" (matières premières et machines qui ne font que transmettre leur valeur) /"capital variable" (travail humain seul source de création de valeur). Ce sont des catégories complémentaires qui s'opposent de façon dialectiques et surtout pas de façon antithétiques.

 

Il ne s'agit pas de faire un cours de marxologie mais de dévoiler la stratégie confusionniste de l'à peu près qu'on entends chez les néo-marxistes ou les rouges-bruns comme Soral, stratégie qui leur permets de faire dire tout et n'importe quoi au vieux barbu. 

 

Sous couvert d'analyses géo-stratégiques, cette soi-disant critique a recours à la psychologie et au moralisme. Elle subjectivise ainsi la logique mortifère du capitalisme.

 

Selon cette analyse, il s'agirait aussi de distinguer production et spéculation. Ce que fait tout aussi bien Mélenchon, soit dit en passant, au grand dam du rouge-brun.

La production y est vue comme une activité vertueuse sans se demander de quelle production il s'agit et la spéculation est assimilée au vice, à la rapacité et la volonté de domination de soi-disant méchants traders americano-sionistes.

1-Concernant la production : Le problème c'est qu'elle n'est pas une production de richesses au sens où il s'agirait juste d'une transformation de matières en biens utiles. Elle est une production de valeur. Elle a pour corolaire le travail. Lorsqu'on parle de production au sein de ce système, comme pour le travail, on parle d'une catégorie historiquement déterminée qui n' a jamais existé avant.

2-Concernant la spéculation : elle n'est pas la soi-disant perversion de la bonne vieille production industrielle d'antan. Elle est, et a toujours été, intrinsèquement liée à la production industrielle. Elle a pris une dimension phénoménale dans les dernières décennies non pas pour supplanter la production mais comme seul et unique moyen pour le capitalisme de se maintenir "en vie". Elle a été la perfusion qui a permis de donner l'illusion de vitalité à ce système moribond.

 

images

 

Le travail n'a pas pour but de créer de la richesse. C'est essentiellement une production de valeur abstraite c'est à dire une forme particulière de richesse dont le but n'est pas la satisfaction des besoins humains mais l'accumulation de valeur abstraite.

La valeur d'usage est à la fois l'alibi et le bénéfice secondaire de la production capitaliste.

La valeur se cache derrière le masque de la valeur d'usage pour exister. Si il existe des autoroutes qui nous permettent d'aller en vacances, de rejoindre Paris à Marseille en sept heures, c'est uniquement parce que la suprême valeur avait besoin d'axes rapides pour faire circuler ses marchandises.

Il serait peut-être temps de se demander ce que signifie "partir en vacances" et si c'est un véritable progrès que de rejoindre Paris à Marseille en sept heures...

Commenter cet article

Ricochet 08/03/2013 05:48


Je trouve exagéré de parler de "stratégie confusionniste", ce qui sous-entend que ces "penseurs" trompent sciemment leur public, ce qu'on ne peut pas affirmer. Les soraliens remarqueront très
certainement cette exagération, ce qui vous discréditera d'emblée à leurs yeux.


Excepté ce détail, je ne peux qu'approuver l'article, même si je sais qu'il ne convaincra aucun soralien, tandis que le public lecteur de ce blog sera sans doute convaincu d'avance. Etant
moi-même un ancien soralien, je peux dire qu'il m'a fallu vraiment beaucoup plus que ça pour commencer à comprendre à quel point l'analyse de Soral est naïve, et sous-estime grandement la gravité
de la situation. Malheureusement, les soraliens sont assez lucides sur un grand nombre de choses superficielles sans intérêt, et la bêtise à laquelle ils sont confrontés dans la société les
confortent dans leurs analyses. Ils se sentent lucides face à des millions de naïfs dont la "pensée" suit bêtement les dernières tendances de la machine spectaculaire (ils le font aussi
partiellement sans le savoir, par exemple en appréciant cette forme moderne qu'ont les vidéos de Soral), même s'ils ne comprennent rien à ce qu'il se passe (pour eux, il s'agit de désinformation,
d'abrutissement via les médias, ce genre de chose, et il ne serait pas simple de leur faire comprendre que le problème est bien plus grave et profond que ça).

Critique de la valeur 08/03/2013 17:37



Merci pour votre commentaire

Être discrédité aux yeux des soraliens est le cadet de mes soucis. Qui plus est ça sera bien la première fois qu'ils ne croiront pas à une manipulation, ce qui peut être considéré comme un début
de guérison.

Je ne pense pas que la lucidité soit leur qualité première. Qu'ils soient à juste titre choqués par la bêtise et l'amoralité du capitalisme, c'est un fait. Mais ils sont bien loin d'être les
seuls, ça ne suffit pas à rendre leur pensée inattaquable.
Leur mode de raisonnement semble effectivement bien trop borné pour envisager un "débat". Mais, encore une fois, je ne m'adresse pas spécialement à eux.

J'ose croire que mon petit article et mon blog touchera un autre publique que les seuls lecteurs de Kurz et consort. C'est "l’intérêt" du web.



Archives

À propos

Critique radicale du capitalisme critiquedelavaleur@hotmail.fr